Home » actualité » Une microrafale capturée pendant un timelapse

Une microrafale capturée pendant un timelapse


Le terme « microrafale » est une adaptation française de l’expression anglo-saxonne « microburst ». On désigne ainsi les rafales descendantes qui relèvent de la misoéchelle, c’est-à-dire qui se déploient au sol sur un front d’une largeur inférieure à 4 km. Les microrafales appartiennent dès lors à la catégorie générale des rafales descendantes, mais avec des dimensions horizontales réduites. Leur durée de vie typique est de 2 à 5 minutes. Elles présentent une forte composante verticale qui tend à produire des dommages au sol qui montrent des signes d’écrasement.

La vitesse des vents générés par une microrafale est très variable. En France, la majorité des microrafales recensées produisent des rafales maximales estimées entre 120 et 180 km/h.

Néanmoins, il arrive que les microrafales soient extrêmement violentes et qu’elles produisent des dévastations impressionnantes, pouvant aller jusqu’à la destruction de maisons entières pourtant solidement bâties. Dans ces cas-là, les rafales de vent associées dépassent parfois 200 km/h, et l’on s’accorde à considérer que les cas extrêmes produisent des rafales de 250 à 270 km/h.

FacebooktwittermailFacebooktwittermail